Commentaires récents

    Catégories

    Los Angeles fantasmée au MAC Lyon

    Vue d’exposition, MAC Lyon Vue d’exposition, source expointhecity.com

    La scène artistique et littéraire de Los Angeles investit le Musée d’Art Contemporain de Lyon, jusqu’au 9 juillet 2017. Cette ville si souvent fantasmée, terre lointaine de palmiers, célébrités glamour et meurtres sanglants, nous est racontée par les six membres du comité curatorial (dont Gunnar B. Kvaran et Alex Israel). Sous leurs regards, la frontière entre le mythe et la réalité se fait décidément très mince…

    John Baldessari Yeah I know…, 2015, MAC Lyon
    John Baldessari Yeah I know…, 2015. Varnished inkjet print on canvas with acrylic paint 161 x 136,8 x 4,1 cm © Courtesy de l’artiste et Sprüth Magers

    Los Angeles : Une fiction explore l’histoire et la mythe de la cité des anges à travers 34 artistes et 84 écrivains de générations différentes. Grâce à une immersion complète dans le zeitgeist de Los Angeles à travers les oeuvres et les extraits littéraires, l’exposition nous plonge dans la réalité fictionnelle de la Californie du Sud. Où s’arrête le mythe ? Où viennent mourir les clichés ? Où commence la réalité ?

    Robert Irwin, Swiss Maid, 2015, MAC Lyon
    Robert Irwin, Swiss Maid, 2015 14 tubes de 183 cm avec réglette simple, 1 tube de 183 cm avec réglette double, lumières fluorescentes, gélatines, 82,9 x 241,9 x 8,9 cm, Courtesy Gallery Xippas © Photo : Philipp Scholz Rittermann / © Adagp Paris, 2017

    Los Angeles est visiblement sans cesse construite et déconstruite par les artistes qui l’habitent. Tantôt symbole d’un style de vie doré et indolent (David Hockney), parfois l’expression d’un minimalisme lumineux (Robert Irwin), ou théâtre de la peinture conceptuelle (John Baldessari), la cité californienne aime être vue et racontée, et les artistes le lui rendent bien. Même sa face cachée n’y échappe pas (Ed Ruscha).

    Ed Ruscha, The Back of Hollywood, 1977, MAC Lyon
    Ed Ruscha, The Back of Hollywood, 1977, Huile sur toile, 56 x 203 cm, Collection macLYON

    Mais l’exposition au MAC Lyon est loin de se limiter à ces quelques grands noms. L’artificialité de la ville devient encore plus lourde de sens et parfois même tragique dans les oeuvres des artistes émergents. Identités plurielles, bouillonnement de créativité et de revendications politiques, ville-monde égocentrée, Los Angeles semble plus que jamais un laboratoire visuel et critique pour les nouvelles générations.

    Brian Calvin, Shared Borders, 2016, MAC Lyon
    Brian Calvin, Shared Borders, 2016, Acrylique sur toile - 198,1 x 142,2 cm Courtesy de l'artiste et Almine Rech © Photo Moira Tarmy
    Vue d’exposition, MAC Lyon
    Vue d’exposition, source expointhecity.com
    Vue de l'exposition, MAC Lyon
    Vue de l'exposition, source Twitter macLYON
    Vue de l'exposition, MAC Lyon
    Vue de l'exposition, source Twitter macLYON

    -> Exposition Los Angeles : Une fiction au Musée d’Art Contemporain de Lyon, jusqu’au 9 juillet 2017

    Commissaires : Thierry Raspail (macLYON), Gunnar B. Kvaran (Astrup Fearnley Museet, Oslo) et Nicolas Garait-Leavenworth (pour la littérature) – Conseillers artistiques : Hans Ulrich Obrist (Serpentine Galleries, Londres), Ali Subotnick (Hammer Museum, Los Angeles) et l’artiste Alex Israel (Los Angeles)

    Plus ?
    Site web du macLYON

    Previous Article
    De l’art du trip et de son expérience : Jeremy Shaw et la DMT
    Jeremy Shaw, DMT, 2004
    Next Article
    Ces 5 artistes californiens qu’il faut voir à Lyon
    Michele O’Marah, Don’t Call Me Babe, 2010, MAC Lyon

    Leave a reply